Accueil

Le collectif bon pasteur diffuse


 

L'Appel du Collectif de l'école des Tables Claudiennes  - 2 mars 2012 -
medium-harpe-2.jpg
images2-1.jpg
Le collectif de l'école des Tables Claudiennes lance un appel à une mobilisation urgente sur son site pour que soit stoppé l'implantation de 5 antennes sur le toit de l'ex Ecoles des Beaux Arts, 10 rue Neyret Lyon 1, projet entrepris par les opérateurs Orange et SFR. A la date du 2 avril, un périmètre de sécurité est en place sur le toit de l'édifice preuve de l'imminence des travaux. Rendez-vous sur le site du collectif à l'adresse suivante :

http://collectiftablesclaudiennes.e-monsite.com


 

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le 10 septembre 2010

 

Bonjour,

 

 

Peut-être le savez-vous déjà ?

 

 

Mais c’est tellement plaisant à dire que nous l’écrivons encore une fois :

 

 

Il n'y aura pas d’antenne relais dans le clocher de l'église du bon Pasteur ! 

 

 

Alors que nous approchions de la fin de l'instruction de notre dossier fixée au 13 août par le Tribunal administratif de Lyon, le 23 juillet 2010, la société SFR a demandé à la Ville de Lyon de retirer sa décision implicite de non-opposition concernant son projet d'implantation dans le clocher de l’église du bon Pasteur de 3 antennes relais de téléphonie mobile et de 2 répéteurs.

 

En conséquence, la Ville de Lyon a pris un arrêté en date du 23 juillet prenant acte de ce retrait.

  

Nous ne ferons pas de triomphalisme, la justice ne s’est pas prononcée sur le bien-fondé des arguments que nous avancions dont l’application du principe de précaution à notre situation et il est probable que SFR conserve des vues sur le quartier. SFR a en effet cédé sous la pression. Nous le devons à ceux qui ont été sensibles au fort sentiment d’inquiétude qu’a provoqué son projet dans la population riveraine de l’église. A l’heure du bilan de notre action, nous pouvons pour le moins a posteriori faire état des agissements et orientations des parties en présence… vous laissant libre de déterminer qui a eu raison du projet d’SFR.

 

 

Nous regrettons le mutisme de M. Gille Buna, ex-maire du 1er, élu vert, adjoint à l’Aménagement et à la Qualité de la ville qui n’a répondu à aucun de nos courriers, pas même à la pétition signée par près de 400 foyers du 1er arr.

 

 

Nous déplorons l’attitude de Madame Mireille Roy, notre interlocutrice, élue vert, adjointe à l’écologie urbaine et la qualité de l’environnement en charge des implantations, en qui nous avons trouvé une fervente promotrice du projet de SFR, aidé en cela par les services de l’écologie urbaine de la Ville de Lyon.

 

 

Nous avons apprécié la constance de Mme la Maire du 1er arr., Mme Nathalie Perrin-Gilbert, qui s’est opposée au projet en émettant un avis défavorable.

 

 

Nous lui sommes reconnaissants. Monseigneur Philippe Barbarin a exprimé clairement son refus d’un tel projet et nous a assuré de son soutien dès les débuts par courrier.

 

 

 Nous lui sommes également redevables. Le père Michel Durand, prêtre de la paroisse Saint-Polycarpe des pentes de la Croix-Rousse et affectataire de l’église du bon Pasteur. Toujours à notre écoute, il s’est opposé par voie administrative au projet.

 

 

Enfin nous remercions chaleureusement toutes les personnes qui se sont mobilisées pour faire entendre notre refus :

 

 

Les membres de l’Association RESPEM (Rassemblement pour des Ecoles Sans Pollution Electro Magnétique) et son Président Jean-Michel Dhimoïla.

 

 

Les membres de l’Association CCARRA (Coordination Citoyenne Antennes- Relais- Rhône-Alpes) et son Président René Brighy

http://ccarra.revolublog.com/accueil-c285063 

 

 

L’association ROBIN DES TOITS et en particulier son responsable local, Jean Rinaldi.

 

L'association SERA et sa présidente Jacqueline Collard

http://www.sera.asso.fr

 

 

Nous n’oublions pas les membres des collectifs école Gerson (Lyon 5) et école Victor Hugo (Lyon 1) dont l’aide apportée pour nous organiser a été déterminante.

 

 

Enfin notre avocat  Maître Franck Heurtrey, Lyon 2, qui a accompli un travail en tout point remarquable.

 

 

Bref rappel :

 

 

- Décembre 2008, notre collectif se forme et 400 foyers riverains de l’église signent sa pétition.

- Début 2009, Constitution de l’association Santé Environnement Vie Bon Pasteur qui permet de financer notre action en justice grâce aux nombreuses adhésions.

Puis 31 membres du collectif déposent un recours auprès du Tribunal administratif de Lyon.

- Le mercredi 30 juin 2010 le père Michel Durand organise une manifestation à la fois culturelle et spirituelle dans l’enceinte d’une église que les promoteurs du projet présentent comme abandonnée.

- le 23 juillet 2010, la société SFR renonce à son autorisation.

 

 

A ce gâchis de temps, d’énergie et d’argent, nous aurions préféré une ambition, un projet novateur pour notre ville, pour nos enfants.

 

 

Le collectif bon Pasteur


MARS 2009

 

Notre démarche se structure, le collectif devient l'association

Santé, Environnement, Vie, Bon Pasteur

 

Prochaine réunion de l'association le samedi 28 mars 2009

à la Maison de l'éduction, 21 rue des Tables Claudiennes - Lyon 1er

 

Vous souhaitez nous aider, devenez membre de l'association en renseignant le bulletin adhésion (objectifs et status de l'association ici).


Les fonds collectés par les adhésions nous aident à financer nos actions
. Participez à notre mobilisation  en diffusant ce buletin dans votre entourrage ou en les déposant dans les boites à lettres de votre immeuble.

Merci de remplir et d’envoyer ou de déposer le bulletin d’adhésion cet votre règlement (chèques à libeller à l’ordre de « Association Santé, Environnement, Vie, Bon Pasteur ») chez notre trésorière (adresse indiquée sur le bulletin).

Vous pouvez aussi signer et diffuser la pétition .

Consultez notre agenda pour vous tenir informé de nos réunions.

Eglise Bon Pasteur,

Pentes de la

Croix-Rousse

5 nouvelles antennes

ATTENTION

DANGERS !!!!!


Panneau que l'on trouve
sur les installations

Vous habitez à moins de 300 m de l'église du Bon Pasteur ? Alors lisez. 

Pas 1 mais 5 antennes !
Attention dangerS pourra-t-on bientôt lire sur les murs de l'église. Ce n'est pas 1 mais 5 antennes ou plus exactement 3 antennes relais et 2 répéteurs, ces derniers dirigeant des faisceaux de plusieurs dizaines de giga hertz ! Les conséquences d'une telle implantation dans un milieu urbain dense ? Difficile à prévoir et nous ne voulons pas en faire l'expérience ! Non seulement ces faisceaux sont extrêmement puissants mais en plus toutes les structures métalliques avoisinantes sont susceptibles d'amplifier (réémetteurs passifs) et de dérouter en tout sens tous ce qui sera émis depuis le clocher.

Ne pas agir, c'est confier aux opérateurs notre santé !

Le risque sanitaire supposé des ondes électromagnétiques pulsées :

Ces ondes sont émises par :  antenne relais, portable, micro-onde, wifi, portable d'intérieur DCT.

D'après les études les plus récentes et les plus alarmantes :

  • Echauffement du cerveau,
  • Maux de tête,
  • Saignements de nez,
  • Perturbation et baisse du système immunitaire,
  • Trouble du sommeil,
  • Fatigue générale,
  • Altération de certaines capacités cognitives,
  • Augmentation de la pression artérielle,
  • Perturbations de la fréquence cardiaque,
  • Atténuation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique,
  • Risque de leucémie,
  • Risque accru de tumeurs ou de cancers du cerveau,
  • Rupture de brins d'ADN,
  • Risque de développement de la maladie d'Alzheimer ou de Parkinson.
  • Electro-hypersensibilité,

Les enfants, en raison de leur système nerveux en développement et de leur plus grande capacité d'absorption d'énergie dans les tissus de la tête apparaissent
comme plus vulnérables. Bien entendu les opérateurs ne reconnaissent pas la véracité de ces études. Ils les réfutent à partir de données issues d'études produites en 1999. La communauté scientifique est très partagée et en l'absence de certitude nous ne souhaitons prendre aucun risque quant à notre santé et celles de nos enfants.

La législation doit évoluer
Voici ce que demandait la dernière proposition de loi relative à l'implantation des antennes relais en date du 27/02/2008 et qui a été repoussée.

Extraits :
"II est interdit d'installer des équipements utilisés dans les réseaux de télécommunication, ou par les installations radioélectriques, à moins de trois cents mètres d'un bâtiment d'habitation ou d'un établissement sensible... Le niveau maximal d'exposition du public aux champs électromagnétiques émis par ces équipements est fixé à 0,6 volt par mètre et leur installation est conditionnée à l'obtention d'un permis de construire..."

Plus de 500 signatures, une large adhésion emportée par la lettre pétition

La lettre pétition par laquelle nous voulions faire savoir au Maire du 1er arrondissement, Madame Nathalie Perrin-Gilbert et au Docteur Ritter, responsable du service , écologie urbaine de la Ville de Lyon, notre opposition à l'implantation d'une antenne relais dans le clocher de l'église du Bon Pasteur a été signée par la quasi-totalité des personnes rencontrées. Soit plus de 500 foyers et parents d'élèves scolarisés à l'école des Tables Claudiennes. Cependant seuls les plus proches riverains de l'église ont pu participr à cette action compte tenu du délai dont nous disposions, moins d'une semaine, pour que cette lettre parvienne à ses destinataires avant le terme de l'instruction par les services de la ville de la déclaration préalable établie par l'opérateur SFR.

Que penser de nos élus ?
Aucune réponse de la part du service administratif de la ville. Par contre à l'initiative de Madame le Maire nous avons rencontré son Directeur de Cabinet. Ce dernier nous a informés que Madame le Maire du 1er s'était opposé à cette implantation en émettant un avis défavorable dans le cadre de l'instruction de la déclaration préalable et qu'en l'état la décision revenait au Maire de la Ville de Lyon et à ses adjoints. La consultation du dossier d'instruction confirme ses propos : par un courrier adressé à M. Collomb, M. Gilles Buna, adjoint délégué à l'Aménagement et la Qualité de la Ville, l'informe de l'avis défavorable émis par le Maire du 1er et précise qu'en l'absence de décision explicite de la part de la Ville, l'autorisation sera tacitement accordée le 21 décembre 2008.

Ainsi, depuis le 21 décembre en l'absence d'opposition de la part de M. Collomb et de ses adjoints directement concernés par cette implantation à savoir, M.Gilles Buna, Aménagement et Qualité de la ville et Madame Mireille Roy, Ecologie urbaine et Qualité de l'environnement, l'opérateur SFR peut afficher sa déclaration de travaux sur l'église puis entreprendre après les deux mois qui suivent, l'implantation de l'antenne.

Aussi que devons-nous penser de l'action de M.Gilles Buna et Mme Mireille Roy, tous deux élus vert ? Si l'enjeu n'était pas si important, nous pourrions plaisanter et dire à M. Buna, ex-maire du 1er que son inaction concernant cette implantation nous apprend que la « proximité » supposée d'un élu s'évalue à l'aune des centaines de mètres qui nous séparent de lui. Ailleurs, les verts et pas seulement agissent pour faire évoluer la législation en vigueur parfois même en usant d'artifices réglementaires afin que le législateur perçoive l'inquiétude grandissante des citoyens à l'égard de la grande liberté dont jouissent les opérateurs pour mettre en oeuvre leurs technologies. On peut parier alors de courage politique !

Notre lettre pétition rappelait notamment le résultat de l'action des verts à la Ville de Paris qui à permis de limiter le seuil d'exposition des populations. Récemment la ville de Lyon par une campagne d'affichage informait des méfaits de l'usage du portable chez les enfants de moins de 12 ans.
A cette occasion, Mme Roy a déclaré auprès de la presse qu'un comité de pilotage a été créé pour réviser la charte de téléphonie portable, notamment afin d'obtenir l'abaissement des seuils des antennes à 1V/M qui sont actuellement fixés à 41(GSM) et 61 V/M(UMTS). Quelques jours plus tard, la presse rapportait également qu'elle agissait pour un éloignement des antennes des abords des écoles. Sont concernées les écoles Aveyron, Lamartine, etc. Or l'école des Tables
Claudiennes est à moins de 100 mètres de la future implantation.


Plus que relever les contradictions, ce que nous souhaitons c'est un traitement équitable. Notre opposition à cette implantation ne peut donner que plus de poids aux propos de Mme Roy dans ses négociations avec les opérateurs. Encore faudrait-il que nos élus nous entendent et stoppent cette implantation. Ils en ont le pouvoir car l'église appartient à la ville. Aussi nous devons continuer à nous mobiliser pour nous faire entendre davantage et il est encore temps car la convention d'occupation du lieu entre la ville et l'opérateur n'est pas signée.

 

Des élus oui s'engagent ?

  • Saint-Fons, Madame Démontes, Sénatrice-Maire de la commune s'oppose à l'installation d'une antenne relais, le 25 01 2009.
  • Barbieux, le conseil municipal a voté un moratoire sur l'implantation des antennes relais. Journal Nord éclair, le 24 12 2008.
  • "Le maire UMP de Versailles refuse l'implantation des antennes nécessaires aux téléphones et à l'Internet mobiles, au nom du « principe de précaution »". Journal Le Parisien, le 22 12 2008.
  • Bavînchove, Le maire a pris un arrêté s'opposant à l'implantation d'un relais téléphonique. Journal Voix du Nord, le 20 12 2008.
  • Sassenage, le Maire prend un arrêté suspendant les travaux d'implantation afin d'éviter des troubles de l'ordre public. Journal Le Dauphiné, le 17 12 2008.
  • La ville de Valence interdit les antennes relais dans un rayon de 100 m des écoles. Le 15 12 2008.
  • Colomier, le Maire interdit l'implantation d'un pylône SFR. Journal La Dépêche du midi, le 14 12 2008.
  • Loos, le conseil municipal rejette l'implantation d'une antenne sur le clocher de l'église. Le 23 11 2008.
  • Tourcoing suspend l'implantation d'antennes pour un an. Journal La Voix du Nord. le 14 11 2008.
  • Dijon, Deux conseils d'école et un élu vert mettent fin à un projet d'implantation à moins de 100 m d'une école. Journal Le bien public, le 3 11 2008,
  • etc...

 

Religion et pornographie : choquant !

L'église du Bon Pasteur est désacralisée, c'est-à-dire qu'elle n'est plus pour lors un lieu de culte. Par contre, elle n'est pas désaffectée et reste placée sous l'autorité religieuse du prêtre de la paroisse des pentes qui n'a pas été informé par la Ville de Lyon.
Or l'installation d'antennes relais de téléphonie mobile relève d'une activité d'une entreprise commerciale et qui plus est la nature des informations transitant par ces antennes pourrait être contraire aux discours ou enseignements cultuels.

La Conférence des évêques de France est claire : « Les églises ont été construites pour le culte et ne peuvent être utilisées à d'autres fins. »
Lorsque l'on sait que cette implantation participe à un renforcement du réseau pour proposer des services qui rencontrent peu de succès, à savoir la télévision sur téléphone et qu'en plus ses utilisateurs visionnent essentiellement des vidéos à caractère pornographique il y a de quoi être choqué !
Le clocher peut-il être un diffuseur de vidéo à caractère pornographique dont les bénéfices de la location reviendraient à la ville ? Est-ce que l'Eglise catholique laissera faire ?

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site